Chez Wam

"Mon meilleur conseil à l'attention de quelqu'un qui veut se mettre à faire de la musique : imaginez que la musique est une grande Mona Lisa et dessinez-lui une moustache !",

Flea.

:-)

lundi 2 février 2015

American Horror Story - "Murder House" Saison 1





La saison 4 est déjà terminée, et toujours ce goût de trop peu, et il va falloir attendre l'année prochaine avant la sortie US de la 5ème saison... Le 12éme épisode ne manquait pas de piquant mais aussi un autre ENORME lien avec la saison 2, je laisse la surprise à ceux qui ne l'ont pas vu.
Habituellement, je ne suis pas une passionnée de films d'horreur... Je ne pensais franchement pas accrocher sur ce genre de séries horrifiques. J'ai toujours trouvé ce genre (à quelques exceptions près) à la limite de la débilité avec les effets spéciaux aussi grossiers que des histoires d'une platitude... Et puis... Je suis tombée sur un épisode de la deuxième saison, regardé vite fait sur le Net de quoi ça parlait. Je me suis dit,  bon vu la construction indépendante des saisons (une intrigue et des personnages complètement différents en gardant le même casting) avait le mérite d'innover... Elle est aussi intéressante dans le sens où chaque saison est relativement "courte" car une peureuse comme moi, 12/13 épisodes sont largement suffisants ! Et puis vu les histoires, je pense qu'il faut une sacrée dose de références en tout genre (et c'est bien le cas) pour donner à chaque intrigue son intérêt. Et puis si vous avez adoré "Nip/Tuck" (peureuse mais tordue), les mêmes créateurs, Ryan Murphy et Chad Falchuck en sont les instigateurs. Elle est intéressante à biens d'autres titres comme son atmosphère singulière, une mise en image impeccable, des personnages dans lesquels on peut se retrouver, s'identifier puis aussi s'attacher, bourrée de références cinématographiques, littéraires, historiques etc. Mais aussi l'exploitation de nos peurs ordinaires, des saisons se déroulant en des époques et  lieux différents où la réalité peut parfois dépasser la fiction. Se contenter d'un petit article pour parler de cette série serait réducteur à la vue de tout ce qu'elle recèle d'idées aussi basiques pour certaines qu'ingénieuses pour d'autres. Voici un petit tour d'horizon de la Saison 1 "Murder House".

Le générique de chaque saison vaut à lui seul le détour. Comme chaque saison est indépendante, le générique diffère aussi d'une saison à l'autre mais en conservant la même musique à ceci près que dans la saison 4 (diffusée actuellement aux Etats-Unis sur la chaine FX), un son de boite à musique a été rajouté.

Ryan Murphy : "J'ai toujours été obsédé par les génériques; je les considère vraiment comme une oeuvre d'art. Ils sont un aperçu de ce que sera l'expérience visuelle devant la série ou le film".



La construction du générique repose sur un défilement d'images tirées des épisodes à venir, mais à la limite de l'image subliminale, ainsi, elles constituent à elles-seules des indices sur le déroulement de l'intrigue sans la trahir. Il représente un excellent résumé de ce que vous allez voir. Vous verrez, au fur et à mesure des épisodes, vous allez reconstituer le puzzle de l'intrigue. A la fin de la saison, le générique aura un sens pour vous. Ryan Murphy s'explique sur celui de la saison 1 : 

"L'ouverture est constituée comme un mystère. Quand vous arriverez à l'épisode 9 de cette saison, il sera expliqué. Pour exemple, qu'est-ce que contiennent les bocaux dans la cave ? Qu'est- ce que cache la robe de baptême ? A chaque fois que vous regarderez ce générique, à chaque épisode, vous vous direz "oh ! c'est pour ça qu'on voit ça !"".

Ces mises en bouche ont été créés par Kyle Cooper, créateur des génériques de Se7ven de David Fincher (oui, il y a des similitudes entre le générique de la série et celui du film...) et de l'autre série à succès "The Walking Dead", sur une musique de Cesar Davila-Irizarry, et Charlie Clouser, ancien membre de Nine Inch Nails (Trent Reznor). Ce dernier a travaillé sur des titres de Rammstein et Marylin Manson, et conçu le thème musical de Saw.
Le thème de la première saison a été filmée avec une caméra Super 16 dans le sous-sol d'un vieux théâtre de Silverlake en Californie. Certaines textures appartenant au film Se7ven ont été reprises ce qui donnent des effets de pellicule qui tremble, griffée ou brûlée à certains endroits,  ainsi que des images subliminales.
Une police d'écriture de la série, Rennie Mackintosh" a été créé spécialement de façon à les associer immédiatement. Elle s'est inspirée des travaux de l'artiste d'Art Nouveau Charles Rennie Mackintosh.
Encore au sujet du générique de la saison 1, on peut apercevoir de vieilles photographies d'enfants. La maison ayant été construite à l'époque victorienne (cela correspond à la période de la Révolution Industrielle Britannique, entre 1837 et 1901), ces photos sont en relation avec l'époque puisque ce sont des photographies post-mortem... C'était une pratique courante et elle consistait à prendre des personnes récemment décédées, commandées par les familles de ces défunts. C'était un moyen pour elles de les accompagner dans leur processus de deuil. Il faut aussi savoir que le taux de mortalité infantile était extrêmement élevé à cette époque. Cette pratique est toujours perpétué en Europe de l'Est. 


Comme je le disais plus haut, cette série est bourrée de références cinématographiques. Pour ceux qui n'ont pas vu la série, je vous conseille d'arrêter la lecture de cet article ici, au risque que vous puissiez deviner la fin... 
La première saison, intitulée sobrement "Murder House", parle des Harmon qui décide de venir (suite à l'infidélité du mari, Ben et de la fausse couche de Vivien) s'installer dans un manoir avec leur fille, violet, afin d'essayer de se reconstruire. Mais les choses ne se passent pas comme elles le devraient. Des esprits rôdent autour de cette maison chargée d'histoires aussi glauques que tragiques...  


Pratiquement au début de chaque épisode, on nous renvoie vers le passé.
Le premier épisode commence en 1978 avec les jumeaux Troy et Bryan devant une maison complètement abandonnée. Ils croisent une petite fille qui leur dit de ne surtout pas y rentrer. Entêtés, ils décident quand même de s'y introduire et la vandaliser, ou enfin du moins ce qu'il en reste. Ils atterrissent dans un sous-sol et y trouvent des bocaux de restes humains et d'animaux. Se plaignant de l'odeur, Bryan décide de remonter mais il réalise assez vite que Troy est bien trop silencieux. Il décide de redescendre au sous-sol et trouve son frère agonisant sur le sol, la gorge tranchée...
Cette première scène fait bien sûr référence à "Shining" de Stanley Kubrick, un classique du cinéma d'horreur (oui, bon, certains sont "pas mal" quand même) avec les jumelles diaboliques mais aussi les prises de vue des couloirs. On peut aussi noter que Murphy reprend les concepts de la maison hantée et de perceptions extrasensorielles des événements passés.
La référence dominante est pour moi "Rosemary's Baby de Polanski (adaptation du livre d'Ira Levin, auteur visionnaire - à lire "Les Femmes de Stepford"), mais pas que le film, certaines références à la vie du réalisateur et aussi des connections avec des faits divers. Rien que le prénom d'un des protagonistes de la saison, Tate Langdon (Evan Peters) renvoie à une de ses femmes, Sharon Tate, tuée par un des disciples de Charles Manson. D'ailleurs, on peut noter que le Dr Charles Montgomery tire son nom d'un des nombreux pseudonymes d'un autre de la tribu diabolique de Manson. Polanski espérait d'ailleurs que le rôle de Rosemary irait à sa femme mais c'est Mia Farrow qui l'a emporté. Elle obtient néanmoins un petit rôle dans le film, celui d'une des invitées de la fête dans l'appartement de Rosemary. La scène entre Vivien et l'Homme Latex fait aussi penser aux hallucinations de Rosemary et à son cauchemar : elle rêve qu'elle se fait violer par le Diable en personne (la différence avec AHS est que Vivien pense que c'est Ben qui lui fait l'amour. On apprendra un peu plus tard l'identité de l'Homme Latex...). A son réveil, Guy lui présente ses excuses pour lui avoir fait l'amour pendant qu'elle était inconsciente. C'est par la suite qu'elle découvrira sa grossesse (idem pour Vivien). Vivien vit également sa grossesse à l'image de Rosemary avec une voisine intrusive (Constance Langdon = Minnie Castevet) qui lui impose un régime forcé et peu ragoutant supposé être excellent pour la santé du bébé. On pourra aussi faire une corrélation entre la fin du film de Polanski et celle de la saison... Les thèmes du film comme l'histoire du bébé démoniaque, les complications et autres étrangetés de la grossesse sont les thèmes dominants de Murder House.




Pour en revenir au personnage de Tate Langdon, je pense que la ressemblance avec un certain Kurt Cobain n'a échappé à personne (le personnage lui-même est fan du leader de Nirvana), même look (pull rayé - celui de Kurt est rouge et noir et celui de Tate vert et noir - le jeans déchiré et les Converse...).
Dans la série, le massacre perpétré par Tate renvoie bien évidemment au Massacre de Colombine, du 20 avril 1999. Tout comme Harris et Klebold (sauf que Tate n'est pas cagoulé), qui firent irruption dans leur école (de la cafétéria à la bibliothèque), habillés de manteaux noirs, mains gantés avec fusils à pompe etc, Tate est habillé d'un grand manteau noir (qui d'ailleurs fait aussi référence au look de Néo dans "Matrix"), de rangers aux pieds, les cheveux en arrière. La fusillade de Westfield se termine également dans la bibliothèque avec une quinzaine d'étudiants tués. Une des raisons invoquées pour le drame de Colombine est qu'Harris et Klebold se seraient vengés de leurs tyrans qui les intimidaient depuis plusieurs années (remarques homophobes notamment). Il a été dit que Harris aurait demandé à Cassie Bernall si elle croyait en Dieu. La jeune fille aurait alors répondu qu'elle y croyait mais Harris tira quand même et la tua sur le coup. Tate pose la même question à Stéphanie Broggs qui lui répond oui (alors qu'elle est agnostique et athée - scène de la plage à Halloween) alors qu'elle lui a lui a menti. Cependant lors du flashback du massacre, Tate n'a parlé à personne durant la fusillade. Son maquillage est emprunté au célèbre modèle Rick Genest "Zombie Boy". Tate inhale de grande quantité de cocaïne et de méthamphétamines expliquant le fait qu'il ne se souvient pas de ce qu'il a fait. Il meurt tué par le Swat de 17 balles dans la poitrine dans sa chambre.Également dans cette scène, on y voit une référence à "Taxi Driver" où Tate fait signe avec sa main de se tuer alors que toutes les armes du Swat sont braquées sur lui. DeNiro fait exactement le même geste à l'arrivée de la Police.
Dans Massacre à la tronçonneuse", un mobile fait d'os d'animaux est repris à la séquence d'ouverture de la saison.




Après la mort de Thaddeus (enlevé et démembré par ses ravisseurs qui fait référence à l'enlèvement du bébé de Charles Lindbergh, Charles Junior, mort de la même façon), Charles Montgomery est dévasté et sombre encore plus dans la folie. Il se met alors en tête de recréer, avec les membres de son fils défunt, un bébé... Cette créature venu du complexe de "Frankenstein" est visible par images subliminales lors de la scène dans la cave, où Tate et Violet veulent faire peur à Leah.

Bien que les saisons aient été voulues indépendantes les unes des autres à la base, Ryan Murphy a confirmé en pleine saison 4 que les saisons étaient connectées entre elles. Pour l'instant, je n'en parle pas. Je laisse ceux qui n'ont pas encore vu la série de pouvoir le constater par eux-mêmes. D'ailleurs, pour les retardataires, la série repasse dans son intégralité sur Série Club à partir du Samedi 14 février à 23h00.

Pour finir, voici un lien vers un superbe article du blog "Le Monde" qui met en exergue les procédés cinématographiques de la série : "American Horror Story, au-delà des références". Voilà de quoi devenir un crack de la série ;-)



Ici C'est Sympa Aussi :-))