Chez Wam

"Mon meilleur conseil à l'attention de quelqu'un qui veut se mettre à faire de la musique : imaginez que la musique est une grande Mona Lisa et dessinez-lui une moustache !",

Flea.

:-)

samedi 4 février 2012

Wu Lyf - Go Tell To The Mountain (2011)








Genre : Indie Rock / Post Rock
Pays : Royaume-Uni (Manchester)

Evans Kati
Thomas David Francis McClung
Ellery James Roberts
Joseph Louis Harlan Manning

 
L'autre jour, en prenant quelques notes pour mon blog, j'essayais de me rappeler la génèse de celui-ci, pourquoi m'être lancée la dedans... Je l'ai commencé quand j'attendais ma fille, je commençais à m'ennuyer... J'en ai eu plusieurs avant, mais ils étaient tous à chier, et principalement du copier/coller (je ne m'en cachais pas... Je citais mes sources bien entendu)... Pas très évolutif comme truc... Pis paf ! Un jour, je me suis dit qu'il serait temps que j'apprenne à écrire (toujours eu envie mais jamais le courage de m'y mettre...) Pas facile au départ lorsqu'on ne sait pas comment mettre en forme ce que l'on veut exprimer... J'ai été scruter quelques blogs, histoire d'avoir quelques idées... Et puis au fur et à mesure... Le sujet du blog était tout trouvé car mordue, fondue et addict à la zik (mais très mauvaise musicienne... J'ai passé, au bas mot, six ans à essayer d'aligner trois accords^^). Mais avec un déclic supplémentaire, le père de ma fille (les exs sont positifs mine de rien) qui m'a ouverte à la musique "indépendante" (et donnant/donnant, je l'ai poussé au c... pour qu'il reprenne sa gratte... Aux dernières nouvelles, il continue à gratter. C'est pas inné, il faut bosser, bosser et se ruiner les doigts). Puis maintenant, le blog évolue aussi et a son petit frère où je mets aussi mes lectures en ligne. Un moyen d'expression formidable pour moi car je suis assez timide et réservée - sauf quand je connais bien les personnes - (et solitaire dans l'âme aussi pas mal) et quelques difficultés à m'exprimer à l'oral (mais je me soigne, merci), alors je le fais à l'écrit. Je peux pour ainsi dire matérialiser ma passion. Lorsque je tape un article, je vais à la recherche d'infos et une chose en amenant une autre ça me permet de découvrir et d'apprendre plein de trucs. On se lie avec des gens aussi parfois, par blogs interposés mais il y a souvent la distance qui joue, pas évident de se rencontrer... Sinon, c'est apaisant et jouissif à la fois d'écrire (bien que je n'écrive pas des tartines... suis pas journaliste aux Inrocks non plus, et pas forcément envie de faire ma craneuse). 
Au fil du temps et de mes écoutes diverses et variées, la musique indépendante est devenue chère à mes yeux car "presque" libre, elle sera totalement libre lorsqu'elle s'affranchira définitivement des labels... Et même estampillés "labels indés" (Sub Pop Records a produit le premier album de Nirvana "Bleach" par exemple), les artistes ont tout de même quelques contraintes qu'ils le veuillent ou non (il faut bien que la boite tourne)... Et même certains sont désignés à tort "artistes indés" (leur musique sortant un chouille des sentiers battus...) étant produits par des majors (Universal etc)... Les majors sont au final seulement là pour s'enrichir sur le dos des artistes (ce n'est pas une nouveauté), que ce soit de la merde ou pas... Mais pour les 3/4 ça l'est quand même, certains artistes voient au fil de leur carrière leurs disques tomber dans la médiocrité et je pense à Coldplay en premier, après deux superbes albums (le troisième, un peu moins), le reste de leur discographie est sans aucune originalité et tombe largement dans le "formatage commercial". Leur art est corrompu par l'argent et les rêves de gloire, et perdent de vue leur but premier : faire de la musique, et par conséquent leur liberté artistique.
La musique indépendante (tous styles confondus) l'est donc totalement lorsque l'artiste qui la produit à carte blanche sur tout (aussi bien au niveau artistique que promotionnel). Le Net a accéléré la diffusion de cette musique alternative. Le top départ est donné dans les 60's avec l'avènement du mouvement hippie où se dégage une musique souterraine. Tout cela va s'accélérer grâce aux mouvement Punk où certains artistes vont commencer à sortir du circuit commercial pour monter leur propre label. A vrai dire, l'ensemble de ces productions se vendent à un public assez limité (et très peu diffusé au final) jusqu'à ce que le Net (et le téléchargement illégal comme au temps des radios pirates...) emboite le pas. 

De plus en plus d'artistes refusent catégoriquement de se faire chapeauter par une major et s'autoproduisent avec des concepts d'albums géniaux. Certains artistes sont des concepts à eux-seuls avec un certain état d'esprit. Là, tout de suite, cela me fait penser aux Local Natives que j'écoute assez régulièrement (album sorti en 2009) : ils partagent tous la même baraque depuis qu'ils font de la musique ensemble ("Gorilla Manor", titre de leur premier album mais aussi le nom de la première maison qu'ils ont habité ensemble). Aucun moment de leur vie ne passe sans musique, chaque souvenir est lié à une chanson (comme une "madeleine" en somme). Sur leur album, c'est exactement l'inverse : chaque chanson composée évoque un de ces souvenirs. Lorsqu'ils font de la musique, ils se sentent comme investis d'une mission, des passionnés qui sacrifient leur vie privée au service de leur art, en essayant de garder un maximum de liberté, sur fond d'afropop chaude et aérienne.




Dernier groupe en date les Wu Lyf (prononcez Woo Life). J'aime beaucoup toute la symbolique autour de ce groupe :  World Unite, Lucifer Youth Foundation, Lucifer n'étant pas lié ici au satanisme mais plutôt à l'idée d'une musique alternative et engagée, un "brin" anarchiste (thématique dominante de leurs vidéos), mais aussi musique auto-produite puisqu'ils possèdent leur propre label, Wu Lyf Recordings.Leur logo est une déformation de la croix chrétienne (ils ne sont ni croyants, ni pratiquants), symbole de combativité, de résistance et de positivité (les branches pointent vers le haut = positif et forment une sorte de V comme victoire sur le formatage des esprits ??? et larges, symbole d'ouverture sur le Monde). Et comme ces jeunes gens sont intelligents, ils n'ont pas hésité à créer le buzz pour se faire connaitre en entretenant le mystère autour de leurs bouilles de branleurs jusqu'à la sortie de leur album physique "Go Tell Fire To The Mountain" en juin 2011.
On se laisse doucement porté par le vent de liberté et la fraicheur que leurs mélodies insufflent, une musique spirituelle, au delà des orgues omniprésents, au delà des voix enchevêtrées et plaintives, comme un cri dans la nuit, qui vous prennent aux tripes, et au delà des riffs joyeux et festifs. Leur musique n'a rien de révolutionnaire, en revanche ce groupe s'autogère de A à Z (ce n'est guère nouveau mais assez rare), ainsi que son concept "insurrectionnel" et "libertaire", où tout l'art d'aller au fond des choses. De l'enragé engagé, libre et sans concessions... 

Tout ce que Wu Lyf véhicule, c'est tout ce que j'aime dans la musique indé, la liberté artistique, l'originalité des productions, un état d'esprit et une certaine éthique à vouloir se dégager le plus possible du "Starsystem"...
Merci à la personne qui m'a ouvert cette porte extraordinaire.










Une tête connue derrière la batterie sur la dernière vidéo;-) 


Page Officielle : http://www.wulyf.org/




Ici C'est Sympa Aussi :-))