Chez Wam

"Mon meilleur conseil à l'attention de quelqu'un qui veut se mettre à faire de la musique : imaginez que la musique est une grande Mona Lisa et dessinez-lui une moustache !",

Flea.

:-)

dimanche 21 février 2010

Them Crooked Vultures - Them Crooked Vultures (2009)






Genre : Hard Rock/Rock Alternatif
Pays : Royaume-Uni + USA

Josh Homme
Dave Grohl
John Paul Jones
Alain Johannes (intégré comme 4e membre en live)

Après The Dead Weather, encore une alliance (Dave Grohl/Foo Fighters - Josh Homme/Queens Of The Stone Age - John Paul Jones/Led Zep) qui fleure bon la bonne zik... Cet album est d'une tuerie ! Que dire de plus... Y a plus qu'à écouter :-)

Critique Télérama du 28 novembre 2009.
Dave Grohl s'est toujours rêvé en John Bonham. On ne l'a pas retenu pour le concert de Led Zeppelin, en 2007, qu'à cela ne tienne. Il a convaincu John Paul Jones de faire équipe avec lui, aux côtés de Josh Homme, pour ce power trio intergénérationnel. Un supergroupe de plus dont la composition est forcément plus intéressante que sa musique, pensez-vous ? Erreur. Car là ou le Dead Weather de Jack White respire, à chaque riff, à chaque solo, à chaque gémissement d'Alison Mossheart, l'impressionnant mais un peu vain exercice de style, le rock musclé de Them Crooked Vultures suinte avant tout l'authentique plaisir de deux grand gamins ravis de jouer avec leur illustre aîné. Le sympa rescapé (en beauté) de Nirvana et le prince des stoners ont fait leurs gammes en écoutant en boucle When the levee breaks, de Page, Plant and Co. Ils s'en sont inspirés pour nourrir la grunge pop des Foo Fighters et le néo-heavy malin des Queens of the Stone Age. Mais jamais pour se contenter d'une simple imitation de Led Zep. Ne possédant ni la virtuosité de Page ni la voix de Plant (contrairement à White, qui sait tout faire), comment auraient-ils pu ? C'est donc aussi leur chance, permettant à chacun de développer son propre style.
La réussite de ce joyeusement pachydermique album de Them Crooked Vultures réside dans l'optimisation des forces respectives du tandem, John Paul Jones, visiblement galvanisé et enthousiasmé par le projet, servant de catalyseur. Car si les riffs pleuvent aussi dru que sur les meilleurs titres de QOTSA et que l'énergie déployée n'a rien à envier aux sets des Foo Fighters, on se réjouit de ne plus chercher en vain des mélodies mémorables, de ne plus se heurter à trop de morceaux qui passent sans laisser de traces. Les chansons de metal pop des Vultures, truffées de breaks décoiffants et de rythmes implacables, retiennent l'attention, interdisent la distraction. A l'image de l'irrésistiblement primaire Scumbag Blues, sur lequel Jones s'autorise même à ressortir, en clin d'oeil, le clavier groovy de Trampled Under Foot !






Ici C'est Sympa Aussi :-))